­

ALEXANDRE BRUSSILOVSKY, violon

« Sacha Brussilovsky is a most admired collegue and an excellent musician and violinist ...»
                                    Lord Yehudi Menuhin

Né en Ukraine, Alexandre Brussilovsky fait toutes ses études musicales au Conservatoire de Moscou avec Yuri Yankelevtich, Maya Glezarova, Felix Andrievsky et Leonid Kogan. Il obtient de grands prix internationaux tels que le Concours International de Prague en 1969, le Grand Prix et le Prix spécial Albert Roussel du Concours Jacques Thibaud à Paris en 1975. Interdit de concerts à l’étranger pour des raisons politiques pendant de nombreuses années, il quitte l’URSS et s’installe en France en 1985 où il partage ses activités entre concerts et enseignement tout en concrétisant son rêve de créer son propre ensemble, l’Ensemble Ricercata de Paris.

Alexandre Brussilovsky joue dans les salles les plus prestigieuses (Carnegie Hall à New York, salle Pleyel et Théâtre des Champs Elysées à Paris, Bolchoi zal du conservatoire Tchaïkovsky à Moscou, South Bank Center à Londres…) avec de grands artistes tels que Lord Yehudi Menuhin, Pierre-Laurent Aimard, Maurice André, Suren Bagratuni, Boris Berezovsky, Edward Brunner, Vladimir Feltsman, Patrick Gallois, Natalia Guttman, Gary Hoffman, Nobuko Imai, Neeme Jarvi, Emmanel Krivine, Michel Lethiec, Misha Maisky, Jeremy Menuhin, Paul Meyer, Paul Neubaur, Marielle Nordmann, Arto Noras, Kun Wo Paik, Xavier Phillips, Françoise Pollet, Nathaniel Rosen, François Salque, Bion Tsang, Volodymyr Vynnytsky, Zhu Xiao-Mei, Jean-Jacques Kantorow, Roustem Saïtkoulov, le Lindsays et  Fine Arts Quartet…

Outre sa carrière de soliste international, il est invité par la Yehudi Menuhin School (Angleterre), l’Ecole de Musique de Bloomington (Indiana University), Longy School of Music de Boston et l’Académie Schnittke à Hambourg (Allemagne) pour donner des master-classes. Il participe également à de nombreux festivals et académies d’été, parmi lesquelles Genève, Nice, Les Arcs, Prades et New York, Schlern en Italie, l’Université de Montréal, festival de la Chaise Dieu… Alexandre Brussilovsky est, par ailleurs, Directeur Artistique de l’académie international Masters au Château de Crémault et du Festival de Musique Française Pont Alexandre III à Moscou, à Lviv en Ukraine et de Musique Russe à Paris. Il est également Directeur Artistique du label Suoni e Colori. Alexandre Brussilovsky et fondateur et présidant, depuis mars 2009, du Concours International de violon Yuri Yankelevitch à Omsk en Russie.

Perlman, Pauk, Stern, Brussilovsky and Belkin have most frequently returned to the CD player.
                        The STRAD magazine

…  une véritable révélation : le violoniste Alexandre Brussilovsky!
                        Le Monde

… un violoniste de haute lignée.
                        Jaques Lonchampt, Le Monde

Un violoniste à retenir absolument parmi les virtuoses d'aujourdhui.
                        Festival de Montpellier

… intense tone and precise projection…                       
Strings

« … Un port d’archet royal et un jeu tout en finesse… le jeu de l’artiste anime la musique de l’intérieur et s’interdit de la brusquer… son Bach est à la fois lyrique et poétique… fugues magnifiques de structure comme de son, final admirablement architecturé… »
Philippe Venturini, Le Monde de la Musique

The perfomances are first-rate… Brussilovsky could not be more sensitive to colour.    
DSCH Journal

Violoniste d'exception, reconnu par ses pairs… soliste raffiné, sensible…
                        Michel le Naour, Le Monde de la Musique

Der brillierte als Solist, verwirklichte seinen emotionalen Zugang zur Violine in überzeugender Manier, ließ seinen Ton zwischen zwitschernd jubilierender Süße und strahlender Ausdruckskraft variieren.           
                                                                                    Neuburger Rundschau


Sensuelle, intime et raffinée, telle est l'interprétation de ces deux musiciens complices dans une entente irréelle. Le discours est intense, le jeu passionné et subtil. Le violon lumineux de Brussilovsky et le piano percutant de Södergren séduisent tout en finesse. Un délice de chaque instant et surtout, un Brahms dépouillé de maniérisme, d'une simplicité et d'une sincérité exemplaire, que malheureusement on ne retrouve pas ailleurs.

Le Monde de la Musique

Photos pour les medias

­