­

Luigi MADONIS

12  Symphonies » pour violon et basse - livres I & II
Alexandre Brussilovsky, violon
Zvi Meniker, clavecin

Luigi Madonis, un disciple de Vivaldi devenu un des premiers compositeurs russes


C'est en recherchant, avec l'aide d'un ami musicologue, des oeuvres originales de compositeurs russes pour le programme du premier concours international Yuri Yankelevitch dont je suis fondateur et qui eut lieu à Omsk en Sibérie en 2009, que j’ai découvert des partitions conservées pendant plusieurs siècles dans la bibliothèque de Saint-Petersbourg. Il s'agit d'un recueil de 12 « Symphonies » de Luigi Madonis publiées en 1738 à Saint-Pétersbourg et dédiées à l’Impératrice Anna. Ce sont en fait des sonates pour violon et basse, qui comptent parmi les premières partitions de musique imprimées en Russie. Il ne reste que deux exemplaires dans un assez bon état…

Compositeur russe d’origine italienne, né à Venise vers 1690 dans une famille de musiciens et mort à Saint-Petersbourg vers 1770, Luigi Madonis a étudié avec Antonio Vivaldi puis a fait partie de l'orchestre du Teatro San Angelo de Venise, dirigé par celui-ci.
Entre 1725 et 1726 Madonis a été violon solo de la compagnie d'opéra à Breslau et en 1727 à Bruxelles dans la troupe italienne d’opéra Peruzzi.
En 1729-1731 à Paris il a donné de nombreux récitals avec beaucoup de succès. En 1731, il entre au service de l’Ambassadeur de la République Venise en France, puis retourne à Venise.
A partir de 1733, Luigi Madonis et son frère Antonio, violoniste et corniste, s'installent à Saint-Pétersbourg, appelés par l’envoyé de la Tsarine Anna Ivanovna, Johann Hübner, à rejoindre l’orchestre de la Cour de Russie. Les musiciens invités sont très appréciés et bien récompensés, Madonis recevait 1000 roubles par an, un très grand salaire à cette époque.
Peu après la mort d’Anna, Madonis quitte un moment la Russie, mais y revient pour faire serment d’allégeance au jeune Tsar Ivan VI en 1740. Dans la même année, il épouse Natalia Petrovna, une chanteuse géorgienne. Puis, il servira sous Elisabeth pour laquelle il composera en 1742 quelques morceaux additionnels à l’opéra de Hasse « La clemenza di Tito », joué à l’occasion du couronnement de la Tsarine ainsi que la cantate « La Russie dans la douleur se réjouit de nouveau », composée avec son collègue Domenico Dalolo.
Resté en poste du violon solo à Saint-Pétersbourg jusqu’à son remplacement en début 1762, il demeurera employé de la Cour jusqu’en 1767, date à laquelle il se retirera avec une pension.

Madonis a été considéré par ses contemporains comme un grand virtuose. Il est également considéré comme l'un des premiers compositeurs de la « musique russe ».
Parmi ses compositions, Madonis a fait quelques arrangements de chansons folkloriques russes dans le style italien, avec sa « Suite de Russie » et deux symphonies sur des thèmes russes. Il a fondé, son propre style pseudo-russe de composition, qui a prévalu jusqu'à Glinka. Malheureusement, peu d'oeuvres de ce compositeur sont connues à ce jour.

En préparant cet enregistrement, conscients de la responsabilité d’être aujourd’hui pratiquement les premiers interprètes de cette magnifique musique, notre unique souci était de ne pas entrer dans la logique d’une version « baroque » de musée, mais de la proposer aux mélomanes dans une réalisation sonore actuelle afin de lui donner toutes les chances d'en faire ressortir sa fraîcheur et sa vivacité et qu’elle parle au plus grand nombre d’auditeurs.
Alexandre Brussilovsky


Source : Giacomo Fornari - Dictionnaire biographique des Italiens

­